L’ESCALA inaugure la Place de la Mairie, réalisé par l’entreprise Rubau Tarres, société condamnée pour corruption.

Le maire de L’Escala Victor Puga a ordonné ces derniers jours la mise en place des derniers éléments architecturaux de la nouvelle place de la mairie et a également planté des fleurs colorées dans des bacs en béton qui ont également la fonction de  banquette.

 

(photo: Diari de Girona)

 

Rappelez-vous que cette réforme a été proposée et acceptée de manière unilatérale par le maire et son administration, alors que l’opinion publique était contre ,non pas seulement à cause du coût élevé de celle-ci, mais de la nécessité des travaux,vu que dans le village il y a beaucoup d’autres priorités non résolues, comme le grave problème du logement. L’Escala est une ville de 1000 maisons vides (dont 100 sont détenus par les banques et 4 par la mairie), et aujourd’hui il n’y a pas de logements sociaux, obligeant 12 familles d’escalenses à occuper plusieurs maisons afin de trouver un toit pour dormir.

Les travaux, avec un budget initial de 600 000 €, ont été attribués à Rubau Tarres, société reconnue coupable de corruption par la Cour de Barcelone (nouvelle dans le Ara.cat).

En raison de cette condamnation ferme pour soudoyant un représentant de la Generalitat,le maire de L’Escala a violé la loi du 30/2007 sur le secteur public:

“Article 49 Interdictions de contrat.

  1. Aucun contrat avec le secteur public avec toute personne lorsque l’une des circonstances suivantes:
  2. a) ont été condamnés par un jugement définitif pour les crimes [..] la corruption, [..] “

Mettant l’accent uniquement sur l’esthétique, l’opinion publique sur les travaux accomplis  ne semble pas très positive.Une grande partie de la population reconnaît que:

– la perte absolue de charme et de caractère qu’avait la vieille place

– les voitures et les camions traversent la place sans une signalisation claire, ce qui favorise les abus.

– l’utilisation massive du béton

– l’inclinaison de la place

Même le philosophe prestigieux qui vit à L’Escala Jordi Pigem a publié une lettre très critique à la réforme intitulé: Grises

De plus, il est apparu récemment que l’an passé 2016,le maire de L’Escala, membre du Consortium de la Costa Brava, et en collaboration avec les autres membres, augmentèrent leurs honorairesé de 800%, c’est à dire de 150 € à 900 € pour chaque réunion  (nouvelle dans le ElPuntAvui) (membres du Consortium Costa Brava).

Tout cela signifie que de plus en plus les escalenses et escalensas sont contre la façon de gouverner de leurs gestionnaires publics, loin des normes de démocratie et de transparence qu’ exige la société d’aujourd’hui.

 

 


 

Partagez-le!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Com la majoria de webs, utilitzem cookies. Si continues navegant entendrem que hi estàs d’acord. (+ info) tancar